Les Plantagenets – Partie I : Le Temps des Naufrages (1ère moitié) . Dan Jones

Me revoici avec une nouvelle chronique que l’on va faire sans transitions et hésitations (lol) puisque la dernière chronique apparut sur le blog est sorti tout récemment.

Cette chronique est spéciale , je dirais même unique en son genre car pour la première fois dans ma vie de bookblogueuse je ne vais pas ici vous chroniquer le livre dans son intégralité mais seulement sa première partie. Les Plantagenêts de Dan Jones est un immense pavés de 500 pages qui raconte à travers 7 parties l’histoire de la maison Plantagenêt depuis son ascension en Europe jusqu’à ce que son extinction pour faire place à la maison Tudor .

Ainsi je vous en parlerai partie par partie car je crains qu’une seule chronique ne suffise à aborder ce chef d’œuvre et encore moins à rendre hommage à cette dynastie de conquérant pour qui j’ai la plus grande admiration.

D’ailleurs cette chronique aurait du être publié depuis un petit néanmoins au vu du fait que je suis maintenant à la troisième partie du livre sauf que l’histoire de cette grande maison m’a complètement immergée ce qui a fait que mettre en pause ma lecture après avoir terminé une partie pour la chroniquée fut très difficile.

Résumé:

« Le Prince était ivre »… Ainsi commence l’histoire des Plantagenêts, cette famille hors-norme qui a fait les riches heures de notre Moyen Âge. Le premier du nom est angevin, mais qui s’en souvient encore trois siècles après ? Leur célébrité a dépassé les frontières de l’Anjou et la dynastie est entrée dans la grande histoire de l’Europe. C’est une famille au caractère trempé, marquée à ses débuts par l’un des hommes les plus puissants du xiie siècle : Henri II Plantagenêt. Outre l’Angleterre et la Normandie dont il est déjà détenteur, il est devenu, en épousant Aliénor d’Aquitaine, le maître de la moitié de la France. Un vassal plus puissant que son roi, un vassal encombrant…

Huit générations de rois et reines aux noms célèbres : Henri II, Aliénor d’Aquitaine, Richard Coeur de Lion. Au sein de cette famille, contrôlant à son apogée l’Angleterre, la Normandie et l’Aquitaine, naissent des guerriers, conquérants, bâtisseurs mais aussi de brillants administrateurs.

Ce que j’en pense:

Quand j’étais petite je n’arrêtais pas de voir un dessin animé intitulé « Robin des Bois » dans lequel je voyais apparaitre le Prince Jean et le Roi Richard Coeur de Lion  qui sont tous deux des Plantagenêts…

Maintenant que j’y repense la photo plus haut nous en dit assez long sur ces deux personnages : Jean qui ne pense qu’à obtenir la couronne et le Roi Richard qui a cousu la croix sur ses vêtements parce qu’il est parti pour la troisième croisade.

Des années plus tard en me rendant pour la première fois à l’Ambassade des Royaumes Unis de mon pays et en voyant également pour la première fois le blason du Royaume qui est vraiment un très grand blason.

armoiries

Je me rappel avoir été fascinée par ce blason qui m’a permise de réaliser que les trois lions d’or sur un fond rouge représentent l’Angleterre  , ce blason fut d’abord et reste le blason de la maison des Plantagenêts , bien évidemment les Tudors ont gardés ce blason qui est au final devenu le blason du pays. On y voit également aussi le blason d’Ecosse et celui de l’Irlande néanmoins on va ici rester concentrer sur un seul blason à savoir celui des Plantagenêts ( parce qu’on fait une chronique sur eux lol).

Alors par où commencer? Ce n’est que la première partie de leur histoire et pourtant j’ai tant de choses à vous dire. Premièrement j’ai beaucoup aimé le style d’écriture de Dan Jones qui nous raconte les faits sous forme de romans , l’auteur a ici un style d’écriture qui nous emmène facilement en pleine immersion.

Notre Histoire commence ici avec la mort de Guillaume Adelin héritier du trône d’Angleterre  et seul fils légitime du Roi Henri I, petit fils de Guillaume le Conquérant que nous ne connaissons que trop bien…

Le Roi Henri I après la mort de son fils se retrouva inapte à en avoir un autre ( lui qui avait pourtant engendré 24 bâtards) devant cela il ne vit plus qu’une solution : Reconnaitre sa fille l’Impératrice Mathilde d’Allemagne comme héritière et futur Reine d’Angleterre , à cette époque le féminisme n’était pas encore à son apogée voir n’existait pas du tout néanmoins Henri I fit une chose que j’apprécie beaucoup : Il força ses barons à reconnaitre sa fille comme leur futur souveraine…

Jusqu’ici il n’y a pas encore eu de Plantagenêt et pourtant il va bientôt en avoir un qui va apparaitre et qui est un personnage auquel on ne peut que s’attacher : Geoffroy Plantagenêt le mari de l’Impératrice Mathilde. Avant d’être connue comme la dynastie de Rois ayant faits l’Angleterre les Plantagenêts étaient connus comme les Rois de Jerusalem et les Ducs de Normandie , de Poitou et d’Angevin. Je me rappel que le mariage de Geoffroy Plantagenet avec l’Impératrice Mathilde était purement politique , le mari avait 15 ans et la femme 21 ou 28 , ces deux là ne s’entendaient pas du tout néanmoins cela ne les empêcha d’avoir trois garçons dont Henri ( le futur Henri II) , Geoffroy et Guillaume.

Sur la couverture en VF du livre il est dit que cette histoire est un  » Game of Thrones plus vrai que nature » je ne peux qu’être d’accord car bien qu’Henri I ait reconnu sa fille comme héritière légitime , à sa mort ses barons ne tardèrent pas à tourner casaque pour soutenir Ethienne le neveux du Roi ( l’usurpateur)…. C’est alors que commence le vrai Show , la véritable lutte pour le Trône d’Angleterre…

Mathilde est selon moi un des personnages féminins les plus badass de notre histoire et  une grande féministe en avance sur son époque , tout d’abord elle ne dépendait aucunement de son mari ni son mari d’elle… Je trouvais leur relation tellement moderne : Mathilde l’Impératrice savait que la couronne d’Angleterre lui revenait de droit à cet effet elle a engagé une lutte sans merci contre cousin pour récupérer ce qui lui appartient , son mari Geoffrey lui de son côté a aussi engagé une lutte sans merci contre Ethienne de son côté mais pour récupérer les duchés de Normandie , Poitou et Angevin qui ont toujours appartenu aux Plantagenêts…

Donc ce mariage se résume à : « Tu es Reine d’ Angleterre , je suis Duc de Normandie , de Poitou et d’Angevin , on va chacun se battre de notre  côté pour récupérer ce qui est à nous et si jamais il y a du nouveau ben tout le monde sera informé sans qu’on ait même  besoin de se voir , mais si jamais l’un de nous rencontre un énorme obstacle on s’appelle. » C’est marrant mais c’est vraiment à quoi le couple Impératrice Mathilde x Duc Geoffroy Plantagenêt ressemblait et pour parler franc j’ai adorer cet aspect  » on est marié mais on fais chacun notre vie et entre temps on a des gosses qui sont biens de nous deux , parce qu’on ne s’entend pas mais on se doit quand même fidélité ».

Par ailleurs Mathilde est également un personnage ayant la patience dans les veines , elle a lutté pendant 10 ans contre son cousin sans jamais se décourager et puis un beau jour elle a décidé qu’elle était devenue trop vieille pour cela et que c’était maintenant à son fils aîné Henri FitzEmpresse Plantagenêt de reprendre le flambeau de la lutte…J’aime les gens qui se battent pour leur cause et qui estiment que la cause en vaux toujours la peine et que si jamais ils ne sont plus en état de se battre pour ladite cause ils ne s’alarment  pas parce  que la relève est assurée ( et croyez moi le furtur Henri II va assurer comme personne)  

Alors:

Cette chronique est un peu longue et la première partie ne s’achève pas encore vu que je vais maintenant vous parler d’un personnage pour qui j’ai plus grande des admiration. Tous les Plantegenêts sont badass à leur manière mais Henri II est selon moi est un des Plantgenêts les plus badass , sa lutte contre son oncle Ethienne mérite une chronique à elle seule…

Ce qui fait que la chronique sur la première partie du livre sera divisée en deux , cela prouve bien que la chronique sur les Plantagenêts est unique en son genre , parce que je m’imaginais chroniquer la Partie I dans son intégralité et je me retrouve ici à la divisée en deux.

Ce choix de divisé la partie I en deux moitié se justifie par le fait que j’ai envie de vous parler longuement d’Henri II ainsi que d’un des personnages féminins les plus badass de notre histoire : la très célèbre Aliénor d’Aquitaine.

Ps : La photo vient d’un bookstagram spécial Plantagenêt , j’ai tenté d’en retrouver le propriétaire mais  il y avait tellement de photos que ce fut compliqué en tous cas tous les mérite pour cette magnifique photo lui sont attribués.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s