Le Roi des Fauves – Aurélie Wellenstein

Me revoici après un long silence de radio de nouveau en piste sur le blog avec une nouvelle chronique , nouvelle chronique sur quoi me diront certains quand la longue série d’articles sur les Plantagenêts de Dan Jones n’est même pas terminée…On va y revenir cependant il est aussi important de s’en éloigner un peu pour aborder d’autres univers littéraire.

L’année touche également à sa fin , avant d’en sortir le bilan de mes lectures j’ai pensé à faire une chronique sur une de mes dernières lectures en date : Le Roi des Fauves.

Le Roi des Fauves est un livre qui me faisait de l’œil depuis des années , je l’avais découvert sur Elbakin et la lecture de son résumé fut comme un coup de foudre parce qu’à ce moment j’ai immédiatement su que je voulais ( et peut être même devais) lire ce bouquin…..Sauf que je n’ai jamais pu mettre la main sur lui…Il m’est général difficile d’oublier un livre que je veux lire mais que je n’arrive pas à avoir peu importe le temps qui passe , récemment j’ai trouvé un nouveau terrain de chasse aux livres (lol) sur lequel il m’a suffit de taper « Roi des Fauves » pour avoir le bouquin dans ma biblio ( je ne m’y attendais même plus lol).

Résumé :

Accusés de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont injustement condamnés à un sort pire que la mort.

Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d’humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu’on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstres, en berserkirs, ces hommes-bêtes enragés destinés seulement à tuer ou être tués.

À moins que le légendaire roi des fauves puisse enrayer leur terrible métamorphose ? Mais existe-t-il vraiment ailleurs que dans leur tête ?

Commence alors une course contre le temps, effrénée, angoissante, où les amis d’hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres… et surtout contre la bête qui grandit en eux. Existe-t-il une issue ? Existe-t-il un salut quand son pire ennemi n’est autre que soi-même ?

L’avis de Mme Lupin :

Je suis perplexe : J’ai envie de vous dire que tout est dans le résumé mais qu’il ne faut pas trop s’y fier vu qu’il m’a mené en bateau tout le long de ma lecture…Le Roi des Fauves est en effet un des livres m’ayant le plus bouleversé dans ma vie de lectrice , pas bouleversée genre petit retournement de situation mais bouleversée comme seuls : JK Rowling , George Martin , Maurice Leblanc et Dan Jones savent le faire.

Cela fait deux ou trois ans que j’attends de mettre la main sur ce livre , durant tout ce temps je me suis dis que c’était une histoire dans laquelle un certain « Roi des Fauves » allait sauver la mise aux héros…J’étais loin du compte , plus précisément j’étais dans l’erreur.

Déjà il n’y a qu’un seul héros : Ivar , certes il est accompagné de Kaya et Oswald mais au final ces deux là ne sont que des personnages secondaires comme tous les autres qu’on rencontre dans ce livre …Ivar était d’ailleurs le seul personnage que j’ai vraiment pu digérer au début ,cependant j’ai toujours espérer un changement venant des deux autres parce que je n’appréciais pas du tout Kaya mais je n’aimais pas non plus Molly dans Assassin Royal au début et pourtant elle a fini par me convaincre , du coup j’espérais la même chose venant de Kaya : Résultat je ne suis qu’à moitié convaincue (en dépit de sa fin)…Quant à Oswald il était trop lâche et ingrat néanmoins son sort ma faite de la peine…

Je sais grâce à mes lectures de la Roue du Temps et Trône de Fer que les histoires en Fantasy ne finissent qu’à moitié bien ou encore jamais bien , mais ce sont là de grandes saga , Roi des Fauves quant à lui n’est qu’un livre de 182 pages ce qui justifie peut être mon étonnement , en tous cas il n’y a dan ce bouquin ni de bons débuts , encore moins de bons milieu et surtout pas une bonne fin…Les personnages sont tous fais d’un bois tordus parce qu’Ivar et Cie se sont faits condamnés à un sort pire que la mort parce que leur village était victime de famine et qu’ils ont décidés de braconner un peu de gibier sur les terres de leur Seigneur qui vit dans l’opulence absolue en dépit de la famine de ses sujets… Notre monde ici a beau être cruel et sans pitié mais nous avons quand même une jurisprudence ( je sens la juriste émergé lol) qui dit que famine n’est jamais punissable comme motif de vol…

De plus il n’y avait que tentative de meurtre causé par une légitime défense , je ne comprends pas ce tribunal qui refuse le droit à la défense aux accusés ( même Tyrion Lannister a eu le droit de se défendre quand il fut accusé de régicide).
Quant à se fameux Roi des Fauves…Humm il fut mon plus gros bouleversement ( voir déception) : Il est certes en mesure de les sauver mais est aussi en mesure de les tuer , j’ai parcouru de nombreuses pages avec Ivar pour le trouver pour me rendre compte qu’il est aussi tordus que ceux ayant condamnés le héros et ses amis…

Il n’y a pas que le Roi des Fauves aussi , il y a aussi un certain « Premier » qui aime dire qu’il fut le premier Berserkir , qu’il veut se vanger à travers Ivar sur les innocents du pays parce que ceux qui l’ont condamnés sont tous mort , ceux qui suivent le blog connaissent mon avis sur les histoires de vengeance : S’en prendre à des innocents équivaut à être comme ceux ou pire que ceux qui nous ont fait du mal…J’espérais qu’Ivar agirait de même mais hélas , c’étais comme si je lisais « Les Hauts du Hurle Vent » dans sa version fantasy , Ivar jouant Heatchcliff.

Finalement :

J’ignore quelles leçons je peux tirer de cette lecture sauf celle qui stipule   » ne jamais faire confiance à personne » que l’on ne connait déjà que trop bien…

Ivar me faisait penser à Jon Snow au début mais au final il est plus comme le Roi des Marcheurs Blancs , il est évident que cette lecture fut loin d’être agréable , je dirais même que je ne l’ai pas appréciée CEPENDANT c’est une œuvre d’une qualité hors pair car elle a le mérite d’être bien écrit ( le style est très fluide et riche) , c’est inspiré de certains éléments Nordique , j’ai aussi été tenue en haleine jusqu’à la dernière page ( ce qui ne m’arrive que très rarement).

C’est de la Dark Fantasy a l’état pur…

En tous cas le «Roi des Fauves» n’est pas à livre à lire pour ceux qui disent « In spite of everything I still believe there is some good in Humanity »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s